Actualités

Halle 6 Ouest : la ruche numérique interdisciplinaire de l’Université de Nantes

Le premier pôle universitaire dédié aux cultures numériques en France est basé à Nantes, dans la toute nouvelle Halle 6 Ouest, inaugurée officiellement le 19 septembre dans le quartier de la Création sur l’île de Nantes.

VG - 1 octobre 2019
______

«C’est la concrétisation pour l’Université d’une grande volonté autour des cultures numériques, de l’innovation et de l’interdisciplinarité. On est dans les anciennes halles Alstom, ex-Ateliers et Chantiers de Bretagne, on est dans une histoire très intéressante de patrimoine et de culture industrielle, de l’innovation liée à la vie des chantiers navals », note Jean-Louis Kerouanton, vice-président de l’Université de Nantes.

Après une réhabilitation et une évolution signées par l’agence LIN, l’ancienne halle, passe de la mécanique industrielle, est devenue un espace hybride de 2 600 m2 « propice à l’interdisciplinarité, l’expérimentation et aux pratiques pédagogiques alternatives », après un investissement de Nantes Métropole à hauteur de 13,4 M€ dans le cadre du « Plan Campus prometteur ».

Une écriture architecturale contemporaine

« Avec le numérique, on est toujours dans des histoires de relations à la culture, à l’économie et à l’innovation et aux entreprises », précise Jean-Louis Kerouanton.

« Le point de départ a été donné par la programmation de l’Université, nous avons composé avec tout cela, explique de son côté Sandra Badji, chef de projet à l’agence LIN. Le premier axe de travail a été la préservation du patrimoine et sa mise en valeur. En donnant une lecture visible de l’existant, en jouant sur la monochromie, cela a permis de travailler l’architecture et les espaces pour avoir quelque chose de calme et homogène. L’autre axe a été l’installation d’un cube noir – la salle immersive –, un corps étranger que nous voulions intégrer dans le vide et qui vient flotter à cinq mètres du sol sur quatre poteaux de 18 cm de diamètre ». 200 à 300 étudiants y vivront quotidiennement avec une jauge maximale fixée à 700 pour des événements particuliers.

« Le projet comprend la création de différents espaces dédiés à la fabrication numérique, à l’accueil d’étudiants (masters, licences professionnelles, formations tout au long de la vie) et de chercheurs, ainsi qu’à l’accompagnement de jeunes structures en incubation (pré-start-up) avec des espaces ouverts aux jeunes pousses et une offre de services aux entreprises.
Un tiers de sa surface est consacré à des espaces de travail orientés vers l’innovation et les usages, avec des outils propices à l’expérimentation, aux échanges et aux pratiques pédagogiques alternatives », précise Nantes Métropole.

Un lien entre entreprises et chercheurs

« C’est vraiment la halle de la prospective, commente Francky Trichet, adjoint au maire de Nantes en charge de l’innovation et du numérique. Nous allons travailler sur l’interdisciplinarité, à savoir comment le numérique vient croiser avec la santé pour travailler sur les exosquelettes de demain, sur des robots dans les cuisines afin de faciliter le maintien à domicile des personnes âgées. Nous allons travailler sur la perception du goût et les interprétations humaines. Ynovah, la maison fabriquée à l’aide d’une imprimante 3D, est typiquement le type de projet que nous allons mener ici. Nous travaillons à l’université avec Bénéteau pour mettre au point des robots qui vont poncer les coques de bateau. C’est un lieu pour faciliter la recherche entre les entreprises, les artistes… »