Cercle des Experts

Osez un autre regard sur votre activité…

Vous, chefs d’entreprise, et si vous tiriez parti de ce moment de confinement où l’on fonctionne au ralenti pour sortir la tête du guidon et poser un regard neuf sur votre activité professionnelle?

Par Didier Rousseau, coach professionnel - 20 avril 2020
______

Pourquoi vous arrêter pour réfléchir à votre futur professionnel ?

1. Parce que c’est le moment ou jamais ?

Considérez que vous interroger sur « demain », permet d’avoir un temps d’avance. 

Utilisez votre énergie de manière positive, dans le présent… pour préparer le futur. 

2. Pour adapter votre activité à vos « essentiels »

Interrogez-vous sur le sens que vous donnez à votre activité, sur l’opportunité d’avoir une activité plus en adéquation avec vos aspirations. 

Quelques suggestions de questionnements :

• Est-ce que je suis satisfait de ce que je fais au quotidien ?

• Ai-je l’impression de m’épanouir a minima dans mon travail ?

3. Pour questionner votre organisation

Un bilan de votre activité est toujours possible. Vous pouvez ainsi voir :

• le rapport temps passé au travail/temps pour soi ;

• le rapport efficacité/temps de présence ;

• la dépendance envers un client ou un fournisseur…

4. Pour « challenger » votre modèle économique 

La crise actuelle va apporter son lot de mutations. Il est sans doute opportun de vous questionner sur les changements pour le monde de demain, et sur votre activité en particulier :

• dans le secteur alimentaire : ne dois-je pas privilégier les circuits courts, le bio. On voit tous sur les marchés que les files d’attente devant les producteurs bio se rallongent tandis qu’elles sont inexistantes devant les autres stands… ;

• dans la production : ai-je assez mis l’accent sur l’« éco-responsabilité » ?

• dans le service : quels seront les impacts de l’Intelligence Artificielle sur votre activité ?

Il n’existe pas de bonnes ou de mauvaises réponses. Il s’agit de propositions, juste une opportunité de « vous questionner sur vos réponses habituelles ».

Comment faire pour s’interroger sur « demain » ?

1. Voir l’aujourd’hui 

Pour prendre du recul ou de la hauteur, il est tout d’abord nécessaire d’analyser l’existant :

• Voir ce qui fonctionne bien en y appliquant notamment la loi de Pareto1 du 20/80. Cette loi semblerait fonctionner à plus d’un titre : non seulement 20% des clients ne devraient pas représenter 80% de votre CA, mais on peut dire également que 20% des clients représentent 80% des problèmes et que, peut-être, 20% de votre activité représente 80% de votre marge ?

• Examinez objectivement ce qui fonctionne mal ou pas du tout : votre idée d’un bureau secondaire avec lequel vous perdez votre temps et votre énergie ? Cette nouvelle activité ou ce nouveau produit qui végète depuis trop longtemps ? Ou encore ce nouveau marché que vous avez pris mais pour lequel vous êtes totalement dépendant d’un sous-traitant ?

• Identifiez ce que vous aimez faire, les activités pour lesquelles vous avez d’excellents retours de la part de vos clients, et les autres…

2. Imaginer demain 

- Seul 

o Isolez-vous. Bill Gates s’isole parfois une semaine entière pour réfléchir à de nouveaux projets. Sans se comparer, vous pouvez vous isoler une heure par jour (proche du temps moyen passé dans les transports) pour imaginer votre « Après ».

o Avec un état d’esprit sérieux, à la façon dite IKIGAÏ , vous pouvez vous poser quatre questions clés :

• Quelle est l’activité que j’aime faire ?

• Quelle est l’activité pour laquelle je suis doué ?

• 
Quelle est l’activité pour laquelle je peux percevoir une rémunération ? 

• Quelle est l’activité utile aux autres ?

Les deux premiers points sont très importants, car nous sommes souvent doués dans l’activité que l’on apprécie, et si en plus nous en tirons une rémunération… c’est fantastique… 

o Avec un état d’esprit débridé, à la façon « baguette magi­que » pour passer outre vos croyances bloquantes. Réflé­chissez à ce que vous souhaiteriez avoir comme activité si vous n’aviez aucune contrainte d’argent, de compétences, ou autre (facile, c’est magique !). Ensuite, mesurez ce qui vous empêcherait réellement de réaliser cela… Soufflez, puis voyez si le « gap » est vraiment inatteignable ?

- Avec les autres 

o Osez demander. Généralement, on n’ose pas de peur de déranger… Or, c’est possible et vous leur montrerez votre considération.   

o Osez demander à vos proches, à vos amis (ils vous connaissent et vous apprécient)…

• Ce qu’ils pourraient avoir comme suggestions pour vous, comment ils pourraient envisager votre activité de demain ? Demandez conseil et ne retenez que ce qui vous plaît. 

• Qui pourrait parier qu’il n’y a rien d’intelligent ou d’utile qui va en ressortir ?

Mon conseil est de suggérer des questions simples : Qu’est-ce que je garde ? Qu’est-ce que j’arrête ? Comment je fais pour arrêter ceci ? Pour me réorienter vers cela ?

o Osez demander à vos clients ou fournisseurs ; ils connaissent votre activité ou la relation entre leur activité et la vôtre. Et voilà l’opportunité de construire une relation différente avec eux. 

Sollicitez leur retour sur ces questions :

• Dans mon activité, quelle orientation me conseilleriez-vous?

• Quelles prestations supplémentaires seriez-vous content que je vous propose ?

• Quels changements dans notre manière de travailler ensemble aimeriez-vous voir ?

o Osez demander à vos collaborateurs ; ils ont besoin de sens

Si vous considérez que c’est un risque, alors prenez-le ! 

Il est fondamental d’impliquer vos équipes dans vos réflexions pour construire, transformer votre activité de demain. Vos 
collaborateurs peuvent avoir des visions, des suggestions pour amener des grands ou des petits changements. En outre, 
s’ils participent à cette réflexion commune, ils seront plus impliqués. 

Demain, il faudra plus que jamais prendre en considération :

• le besoin de sens que chaque personne voudra trouver dans son métier ;

• le besoin de cohérence entre les aspirations profondes de chacun et la manière dont il vit (nourriture, travail, consommation…).

Pour l’entrepreneur de demain – aujourd’hui confiné – se présente là l’un de ses grands challenges : vivre avec son temps et avec un temps d’avance.